Filtrer par

Catégorie

Le concept d’autisme a été introduit par E. Bleuler en 1910. Depuis, le concept n’a pas cessé d’évoluer. D’abord par le sens que les scientifiques lui ont donné, mais aussi par l’influence des vecteurs associatif, politique et économique. Le psychiatre français a dû s’adapter à cette évolution et assimiler de nouveaux outils dans sa pratique.
Les objectifs de notre enquête étaient d’estimer l’influence des différents éléments de formation dans la construction de leurs pratiques cliniques et d’évaluer leurs pratiques concernant le diagnostic d’autisme.
Notre enquête a été menée en Aquitaine en 2014 auprès de 530 psychiatres qui ont été invités à répondre à un auto-questionnaire électronique. 130 réponses ont été enregistrées dont 56 étaient complètes.
Les psychiatres estiment que leur pratique est surtout conduite par un savoir-faire expérientiel (60%) mais aussi par leur savoir théorique (40%). Leur savoir théorique se construit au travers de la formation initiale (62%) de manière prédominante sur la formation continue (38%). Il est à noter que la formation universitaire a une influence limitée dans la construction de ce savoir. L’influence de l’enseignement universitaire (27%) est équivalente à celle des lectures personnelles (27%). Aussi, les psychiatres estiment que les recommandations de bonnes pratiques (6%) ont une faible influence sur leur pratique.
Il apparaît que les psychiatres ont incorporé les changements relatifs aux concepts généraux définissant l’autisme. Toutefois, seulement 46% d’entre eux font appel à une échelle pour le diagnostic et 18% d’entre eux ne se référent à aucune classification. Lors de l’annonce diagnostique, 36% utilisent le terme « Trouble Envahissant du Développement » et 29 % utilisent le terme « Trouble du Spectre de l’Autisme », mais 11% n’annoncent pas le diagnostic et, les termes de « Psychose » et « Dysharmonie Psychotique » sont encore employés par quelques psychiatres.
Enfin, les psychiatres interrogés insistent sur l’importance de la formation pour améliorer leurs pratiques auprès des personnes avec autisme. Il est important d’améliorer la formation initiale et de définir de nouvelles modalités de formations continue afin d’en augmenter l’influence sur les pratiques cliniques. Une meilleure utilisation du média web pourrait être une voie.

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in