Filtrer par

Catégorie

Introduction:
-L’existence d’un lien fort entre dépression et démence est maintenant bien étayée par les données de la  littérature. 
-10 à 20 % de la population âgée de plus de 65 ans présenteraient des symptômes dépressifs, soit deux fois plus que la PG.
-La relation entre la dépression et la démence est complexe et pas encore bien comprise.
L’objectif Bien que le lien dépression-démence soit bien démontré, cependant  la nature de ce lien est encore beaucoup discutée et plusieurs hypothèses ont été avancées :
1-    L’hypothèse d’une comorbidité : Démence et dépression étant deux affections les plus fréquentes chez le sujet âgé
2-    La dépression comme un possible mode d’entrée dans le processus démentiel 
3-    L’hypothèse que la dépression est réactionnelle au déclin cognitif perçu par le sujet
4-    La dépression comme facteur de risque de démence
5-    La dépression et la démence ont des facteurs de risque en commun ce qui expliquerait leur prévalence élevée à cet âge
L’objectif de ce travail est d’éclaircir ce lien à travers les données de la littérature existantes et  d’illustrer, à partir d’un cas clinique, ce risque et d’attirer l’attention  sur les particularités d’une telle présentation clinique.
Patient et méthode:
nous rapporterons un cas de dépression compliquée de démence type d’Alzheimer, et nous allons étayer notre discussion par une revue de la littérature.
Vignette clinique:
Mme H. G âgée de 70 ans, qui a comme ATCD une dépression il y a 6 ans et qui a bien répondu aux antidépresseurs, et qui présente depuis quelque mois une symptomatologie faite de:
Troubles cognitifs évoluant à bas bruit à type d’oubli, difficulté à dénommer les objets, errance, compliqués  d’agressivité
Sd dépressif : plaintes somatiques multiples, irritabilité, insomnie, perte d’appétit, fatigue.
On a évoqué soit une dépression pseudo-démentielle ou une démence débutante type d’Alzheimer. Mme H.G était mise sous antidépresseur  et antipsychotique; une TDM cérébrale et des bilans standards pour écarter une origine organique ont été demandés.
L’évolution a été marquée par la régression des éléments évoquant une détérioration intellectuelle qui laisse place à une symptomatologie dépressive franche avec tristesse.
Conclusion:
Le lien fort qui existe entre dépression et démence peut rendre compte de trois situations cliniques différentes : la comorbidité des deux processus dépressif et dégénératif, la dépression tardive qui annonce une entrée dans le processus démentiel, et la dépression précoce qui constitue un facteur de risque d’évolution ultérieure vers un processus démentiel.

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in