Filtrer par

Catégorie

Introduction : 
L’évolution de la sémiologie psychiatrique au gré des transitions culturelles a été décrite depuis le début du XXème siècle. Une progression récente en lien avec le concept de réalité virtuelle a retenu notre attention.
Cas clinique :
Nous souhaitons vous rapporter le cas de madame M, 58 ans, hospitalisée pour la prise en charge d’un état maniaque délirant dans un contexte de rupture thérapeutique.
A son arrivée dans le service, madame M présente un état d’excitation psychomotrice avec logorrhée, tachypsychie, coq à l’âne, associé à une insomnie totale. Elle rapporte sans réticence son agacement lié à « toutes les tentatives de captures » dont elle fait l’objet. Madame M décrit qu’elle est prise « dans ce nouveau jeu, vous savez bien, le Pokétruc !». Du fait de sa rareté et de sa valeur, elle est sans cesse l’objet de tentatives de capture via les téléphones portables pointés vers elle lorsqu’elle circule dans la rue. La conviction reste inébranlable pendant toute la durée de l’épisode. A notre connaissance, il s’agit de la première description d’idées de références en lien avec un jeu populaire de réalité virtuelle utilisant les Smartphones.
Discussion :
Ce cas clinique illustre la relation entre culture et maladie mentale. Au début du XXème siècle, Victor Tausk, disciple de Sigmund Freud s’intéressait à ce curieux rapport entre nouvelles technologies et symptômes psychotiques. Alors que les nosographies de l’époque introduisaient le terme de schizophrénie, Victor Tausk rapportait le récit de ses patients, récepteurs de nouvelles technologies de l’époque : bobines et dispositifs électriques. « Le besoin de causalité immanente à l’homme »  est d’après lui une  manifestation tardive de la maladie et même le « terme final de l’évolution du symptôme qui a débuté par de simples sentiments de transformation » (1). Le syndrome du Truman show par les frères Gold suit une logique similaire (2). Truman, héros du film « the Truman show » de Peter Weir (1998), est un simple employé dans les assurances, filmé 24h/24 par les caméras du Truman show, vu par des millions de personnes à la télévision. Depuis 2006, différentes équipes de chercheurs ont rapporté une série de cas de patients atteints du « syndrome de Truman », ou le sentiment d’être le héros involontaire d’un show filmé (2,3).
Conclusion :
Le syndrome de Truman ou le syndrome du Pokémon rare illustrent à quel point les idées délirantes sont sensibles à l’environnement culturel, tout en gardant une extrême stabilité dans leur mécanisme sous-jacent.
 
1.  Decker M, Vassor C. La machine à influencer de Victor Tauskâ'¯: un concept ancien pour un cas clinique contemporain. L’information psychiatrique. 2011; 87(10): 791. 
2.  Gold J, Gold I. The “Truman Show” delusion: psychosis in the global village. Cogn Neuropsychiatry. 2012 Nov; 17(6): 455–72.
 3.  Fusar-Poli P, Howes O, Valmaggia L, McGuire P. “Truman” signs and vulnerability to psychosis. Br J Psychiatry. 2008 Aug; 193(2): 168.
 

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in