Filtrer par

Catégorie

Introduction : aucun consensus n’existe aujourd’hui pour intégrer un élément biologique dans le diagnostic de dépression. Pourtant la dépression a un impact sur de nombreux paramètres biologiques cérébraux (cellules souches hippocampiques) ou systémiques (paramètres inflammatoires). L’effet de la dépression sur le muscle strié squelettique reste peu étudié. Dans la présente étude, nous avons évalué l’effet de la dépression sur le muscle squelettique et sur la cellule souche musculaire dans trois modèles murins de dépression : le modèle de stress chronique imprévisible (UCMS), le modèle corticostérone, et le modèle de défaite sociale.
Méthodes : les coupes de muscle tibialis anterior de souris soumises aux trois modèles de stress ont été marquées par un anticorps anti-Pax7. Au moins 5 coupes ont été réalisées pour chaque muscle, avec une surface interprétable d’au moins 20mm2. Les cellules ainsi marquées ont été comptées et rapportées à la taille moyenne des fibres pour obtenir un nombre de cellules satellites pour 1000 fibres musculaires.
Résultats : pour le modèle UCMS, on retrouvait une diminution non significative de la densité en cellules marquées par l’anticorps anti-Pax7 (p=0,10). Pour le modèle de défaite sociale, on retrouvait une diminution significative de la densité de cellules marquées dans le groupe de  défaite sociale (en ANOVA avec test de comparaison multiple). La densité en cellule satellite était corrélée à la récupération des souris après la défaite sociale (r2 = 0,84). Pour le modèle corticostérone, la densité de cellules satellites était significativement diminuée dans le groupe corticostérone. La fluoxétine permettait une augmentation non significative de la densité de cellules satellites chez les souris répondeuses (en ANOVA avec test de comparaison multiple).
Conclusion : il s’agit de la première démonstration d’un effet de la dépression sur les cellules souches musculaires dans un modèle murin. Ce premier résultat constitue une nouvelle voie de recherche en vue de l’élaboration d’un marqueur biologique de la dépression. 

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in