Filtrer par

Catégorie

Introduction : le trouble de dépersonnalisation-déréalisation (DD) est un phénomène clinique fascinant qui désigne un trouble de la conscience de soi. Sa prévalence dans la population générale est estimée à 2.4%. La jonction temporo-pariétale droite (rTPJ) est une région clé dans l’intégration des informations multisensorielles du corps et de la conscience de soi. Une étude récente a mis en évidence des anomalies de l’organisation des sillons corticaux,  qui est un marqueur du neurodéveloppement, dans cette région chez des sujets suivis pour une schizophrénie et ayant un trouble de la conscience de soi. Nous émettons l'hypothèse que la rTPJ  présente des anomalies de la sulcation corticale chez les sujets présentant un trouble de dépersonnalisation-déréalisation par comparaison avec des sujets sains.
Population et méthode : 16 patients ayant un trouble DD selon le DSM-5, et 23 sujets sains tous âgés de plus de 18 ans ont été recrutés au SHU (Prs KREBS et GAILLARD) à l'hôpital Sainte-Anne dans le cadre d'un PHRC (Dr PLAZE). L'absence d'antécédents psychiatriques chez les sujets sains a été confirmée en utilisant un entretien diagnostique structuré (MINI). L'intensité de la symptomatologie du trouble de DD a été évaluée en utilisant un autoquestionnaire, l' échelle de dépersonnalisation de Cambridge. Tous les participants ont eu une IRM structurale, acquise sur un appareil IRM 3T (GE Signa 3T) dans le centre CIREN, hôpital Sainte-Anne (Pr OPPENHEIM). Les sillons corticaux ont été automatiquement segmentés puis caractérisés manuellement par inspection visuelle de la région d'intérêt en utilisant le logiciel BrainVisa 4.5.0. La caractérisation s'est faite par deux évaluateurs indépendants d'abord séparément puis de manière consensuelle en cas de non-concordance.
Résultats : nous avons mis en évidence un motif de sillon cortical, le "motif en H"  dans la rTPJ  que l’on retrouve davantage chez les sujets ayant un trouble DD. Il s’agit d’un sillon situé entre la branche ascendante antérieure du sillon temporal supérieur (STS) et la terminaison postérieure de la fissure de Sylvius (pSF), qui est orienté à plus de 45° par rapport à la branche ascendante antérieure du STS, ce qui lui donne un aspect caractéristique "en H". L’occurrence du « motif en H » est significativement supérieure dans le groupe de patients par rapport au groupe témoins (χ2= = 9.09, p=0.002).
Conclusion : il s'agit à notre connaissance de la première étude ayant mis en évidence un marqueur trait des contraintes neurodéveloppementales précoces associé au trouble de dépersonnalisation-déréalisation. Les résultats de notre étude permettent d'avancer dans la compréhension des mécanismes neurobiologiques qui sous-tendent possiblement le trouble de dépersonnalisation-déréalisation. La variation du motif sulcal retrouvé chez les patients pourrait également être un marqueur d'une vulnérabilité au trouble acquise précocement.

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in