Filtrer par

Catégorie

L’état de stress post traumatique est un trouble psychiatrique fréquent et sévère, induisant un handicap fonctionnel pouvant être majeur et de nombreuses complications. Les troubles du sommeil sont à la fois un symptôme souvent prédominant dans le tableau clinique mais aussi probablement un facteur d’aggravation du trouble lui-même. Leur prise en charge est donc un enjeu important pour améliorer l’état global du patient.
Dans la littérature, la prazosine, antagoniste α1adrenergique (minipress®), est un traitement recommandé dans les cauchemars traumatiques. De nombreuses publications font état de ses bénéfices majeurs en particulier sur les troubles du sommeil de l’état de stress post-traumatique, mais aussi plus largement sur les conduites d’évitement, l’hypervigilance, et l’amélioration globale du patient. De plus, on retrouve dans les études une plus grande sensibilité des femmes à ce traitement.
En parallèle, il s’agit d’un traitement bien toléré. D’après la littérature, il existe peu d’effets secondaires sous prazosine. En pratique, il s’agit cependant d’un traitement antihypertenseur prescrit chez des sujets le plus souvent normotendus. Il nécessite donc d’être attentif au risque cardio-vasculaire et au risque d’hypotensions voire de syncopes. Le risque n’est en effet pas nul.
Ainsi, malgré l’absence actuelle d’une autorisation de mise sur le marché, ce traitement peut être prescrit dans le but de prendre en charge les cauchemars traumatiques et d’améliorer le sommeil des patients. Il existe cependant des incertitudes quant aux modalités de prescriptions et aux posologies précises. Le patient doit donc systématiquement être informé des bénéfices et des risques de ce traitement prescrit en dehors d’une autorisation de mise sur le marché, de manière à faire un choix éclairé et permettre d’emblée une bonne observance.
A partir du cas d’une patiente prise en charge en consultation de psychiatrie, nous discuterons la manière dont la prazosine peut être maniée en ambulatoire et avec quelles précautions. En effet, la gestion du traitement et de ses effets indésirables peut être plus difficile en ambulatoire, sans la surveillance continue que l’on retrouve en service hospitalier. Les doses doivent être mises en place par pallier pour permettre la bonne tolérance et les patients surveillés au plan médical régulièrement. 

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in