Filtrer par

Catégorie

Introduction : Suite à un Événement Iatrogène Grave (EIG), le parcours médicamenteux du patient a été réorganisé dans l’objectif de sécuriser les prescriptions. Un dispositif de Revue Pluridisciplinaire des Ordonnances (RPO) est instauré à partir d'octobre 2013 sur le pôle 69G28 puis étendu en 2015 et 2016 aux pôles de psychiatrie adulte du Centre Hospitalier de St Cyr au Mont d’or.
Méthode : Une RPO prend la forme d’une réunion de 90 min/sem de l’ensemble des prescripteurs de l’unité et du pharmacien, avec relecture de toutes les ordonnances en cours. Le médecin référent expose l’anamnèse (clinique et médicamenteuse) et les objectifs attendus afin de discuter collégialement des schémas de potentialisation en intégrant les questions cliniques, pharmacocinétiques et dynamiques ainsi que les interactions médicamenteuses. Cette coopération effective recherche la construction d'ordonnances raisonnées. Deux indicateurs d’amélioration de la pertinence des ordonnances ont été développé à partir d'octobre 2014 afin d’objectiver son efficience : le nombre d’ordonnances revues et le nombre d’ordonnances modifiées selon 5 critères (Posologie, Moment des prises, Changement de molécule, Diminution du nombre de psychotropes, Autre type).
Résultats : La 1ère année 847 ordonnances ont été analysées au sein des deux unités d’entrée du pôle. Aucun EIG concernant les psychotropes n’a été déclaré durant cette période. Un EIG lié aux anticoagulants a été repéré, et suivi de la mise en place d’un fonctionnement similaire par les somaticiens concernant spécifiquement les AVK. La 2ème année du 3/10/14 au 31/08/15 : 1488 ordonnances ont été revues. 45% ont bénéficié d'au moins une modification pour un total de 954 améliorations (soit ~1,4 par ordonnance). La 3ème année du 1/09/15 au 31/08/16 avec la poursuite de l'extension sur le CHS, 2821 ordonnances ont été revues. 37% ont bénéficié d'au moins une modification pour un total de 1580 améliorations (soit ~1,5 par ordonnance).
Ce travail pluridisciplinaire régulier renforce la collaboration entre professionnels. Les participants acquièrent un raisonnement commun concernant l’utilisation des psychotropes et ainsi plus de cohérence pharmaco-clinique. Les RPO nécessitent un investissement en temps conséquent et une grande disponibilité du pharmacien ce qui en limite la mise en oeuvre. Ce protocole permet la relecture d’un volume important d’ordonnances avec un impact conséquent sur leur construction.
Conclusion : Les RPO se sont intégrées dans une stratégie globale de sécurisation de la prise en charge médicamenteuse au sein de l’établissement. Elles engagent une collaboration étroite clinicien-pharmacien et enrichissent les équipes par la complémentarité de chacun. La recherche de rationalisation des prescriptions permet de détecter et limiter la iatrogénie médicamenteuse à court, moyen et long terme. L'ouverture de la collégialité au sein des RPO à d’autres professionnels (généralistes, infirmiers) est en cours.

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in