Filtrer par

Catégorie

Introduction
Les médicaments psychotropes présentent de nombreux effets indésirables (EI) anticholinergiques centraux et périphériques. Ces EI entraînent de nombreuses complications somatiques nécessitant parfois des traitements correcteurs et entraînant un défaut d’observance ou un arrêt de traitement. La gestion a priori de ces EI invite à l’utilisation d’échelles évaluatives. Peu développées en psychiatrie, des échelles ont été particulièrement développées et utilisées en gériatrie : ADS (Anticholinergic Drug Scale), ARS (Anticholinergic Risk Scale) et ACB (Anticholinergic Burden Scale). L’objectif de ce travail est d’apprécier les EI anticholinergiques périphériques et d’évaluer les scores de gériatrie chez les patients hospitalisés en psychiatrie
Matériels et méthode
Etude descriptive et analytique, sur une semaine donnée. Les patients hospitalisés en psychiatrie générale adulte sont examinés par un médecin généraliste qui remplit une grille de recueil des EI anticholinergiques périphériques. Les EI sont notés selon l’intensité (0 : absence de signe, 1 : intensité faible à modérée  2 : intensité forte nécessitant un traitement correcteur) puis un index clinique est calculé par l’addition des notes obtenues. Les ordonnances sont analysées et les scores ADS, ACB, ARS calculés selon la méthode déposée. Les scores moyens sont comparés entre eux et à l’index clinique. Nous avons utilisé des statistiques descriptives, des tests de comparaison de moyenne et de corrélation au seuil de 5%
Résultats
103 patient ont été examinés, l’âge moyen est de 44 ans, le sex-ratio est de 1.58. Concernant les EI anticholinergiques périphériques, 60% des patient présentent une constipation, 51% une sècheresse de la peau et /ou muqueuses, 42% des troubles visuels, 21% une rétention urinaire, 19% une tachycardie de repos et 15% une mydriase. L’index clinique d’EI périphériques moyen est de 2.6 ± 1.6. Les patients ont en moyenne 6.2 ± 2.8 médicaments par ordonnance, 2 ± 1.2 sont à faible potentiel anticholinergiques et 0.7 ± 0.7 sont à fort potentiel anticholinergiques. Les médicaments les plus prescrits sont le diazépam, l’alimémazine, la rispéridone et l’halopéridol. Les scores moyens ADS, ACB, ARS sont respectivement de 2.5 ± 2 ; 3.3 ± 2 ; 3.3 ± 2.1. Les scores ADS/ACB et ADS/ARS sont significativement différents (P=2.56x10-11)(P=2.11x10-14). Il n’y a pas de différence significative entre ACB et ARS. Par ailleurs, il n’existe pas de relation significative entre l’index clinique et l’échelle ADS (r = 0.21), l’échelle ACB (r = 0.27) et l’échelle ARS (r = 0.22).
Conclusion
Selon la méthode employée, les scores développés en gériatrie ne sont pas validés par l’observation clinique et ne semblent pas être adaptés à la gestion du risque médicamenteux a priori en psychiatrie générale adulte. Il serait intéressant de développer une échelle spécifique qui permettrait de prédire ces EI périphériques aux fins de prévention du risque et d’aide à la décision en psychiatrie

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in