Filtrer par

Catégorie

Les inhibiteurs de la monoamine oxydase sont indiqués dans la prise en charge de la dépression résistante. En France un seul est commercialisé, moclobémide (IMAO-A), 2 sont disponibles sous autorisation temporaire d’utilisation nominative (ATUn) : un IMAO non sélectif : Phénelzine (Nardil® comprimé 15mg), un IMAO-B : Sélégiline (Emsam®  patch 6mg, 9mg, 12mg).
L’objectif de l’étude est de caractériser une population de patients traitée par Sélégiline.
 
Tous les patients ayant une réponse positive à la demande d’ATUn sont inclus quelque soit leur mode de prise en charge, de novembre 2015 au 30 septembre 2016.
Les informations sont recueillies à partir des ordonnances Génois ou manuscrites, puis un audit de dossier est réalisé à l’aide d’une fiche de recueil comportant les informations administratives, les antécédents, la durée de traitement, la posologie, les principaux effets indésirables.
 
13 patients sont inclus, âge moyen 43 ans (26 – 59), sex ratio de 6 hommes/7 femmes. 8 patients souffrent d’un trouble dépressif, 3 d’un trouble bipolaire, 2 d’un trouble anxieux.
L’instauration du traitement se fait à 6mg/jour pour 11 patients, 9mg/jour pour 1, 12 mg/j pour un autre.
Sur les 13 patients inclus, 4 sont toujours traités depuis : 11 mois (1/4) à 9mg/jour, 7 mois (2/4) à 9 et 6mg/jour et 1 mois (1/4) à 9mg/jour. Parmi ces 4 patients, 3 avaient déjà reçu des IMAO.
9 patients ont arrêté le traitement, durée moyenne de traitement 2,8 mois [11 mois – 3 jours],
3 d’entre eux pour intolérance (hypertension, majoration anxieuse, hypotension, céphalée). Ces patients avaient précédemment reçu un autre IMAO (phénelzine ou iproniazide).
6 patients ont arrêté pour absence d’efficacité, 5 d’entre eux avaient déjà reçu des IMAO.
Au total les effets indésirables observés sont : hypertension, hypotension, malaise avec syncope, insomnie, céphalée intense, intolérance cutanée, fébricule faisant suspecter un syndrome sérotoninergique.
 
Il s’agit d’une étude préliminaire sur un nombre réduit de patients (13 sur les 39 en France) dans laquelle nous observons que plus de la moitié des patients ont arrêté le traitement (9/13). Toutes les doses existantes ont été utilisées, il est toutefois recommandé de commencer par une dose de 6mg/j et d’augmenter par palier de 3mg toutes les deux semaines. Parmi les effets indésirables relevés, l’intolérance cutanée et l’insomnie étaient connues et fréquemment retrouvées.
Il faudra poursuivre l’étude pour étoffer l’échantillon en recueillant de manière plus détaillée les historiques médicamenteux et les co-prescriptions qui pourraient influencer la réponse au traitement. Il serait également intéressant de prendre en compte l’avis des patients sur cette nouvelle forme d’administration et ses conséquences sur l’observance, contribuant à l’efficacité. 

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in