Filtrer par

Catégorie

Introduction : La dépression est une maladie fréquente avec une prévalence annuelle entre 5 et 15%. Les traitements traditionnels disponibles sont les antidépresseurs seuls ou en associations, la psychothérapie et les sismothérapies. Environ 20% des patients ne répondent pas au traitement. La rTms représente une alternative validée aux prises en charges traditionnelles dans le traitement des épisodes dépressifs.
La fréquence des rechutes fait du traitement de maintien de la rémission un enjeu capital. La poursuite des traitements médicamenteux et des sismothérapies après rémission est nécessaire.
Si l’efficacité de rTMS dans le traitement des épisodes dépressifs est démontrée, peu d’études évaluant la rTMS comme traitement de consolidation ont été effectuées.
Méthodologie : étude épidémiologique descriptive réalisée de janvier 2015 à octobre 2016 incluant les patients tout venant avec un diagnostic d’épisode dépressif majeur (n=75) selon les critères du DSM IV et hospitalisés pour réalisation d’une cure de 20 séances de rTMS dans l’unité STOCAD à la Pitié Salpêtrière. L’absence de protocole de maintien clairement établi dans la littérature nous a conduit à la réalisation de cures à des distances variables du traitement d’attaque et avec un nombre de séance également variable.
Résultat : 45% (n=34) ont accepté la réalisation de séances de TMS de maintien et ont été suivis dans le cadre de notre étude.  L’âge moyen des sujets ayant bénéficié de séances de TMS de maintien était de 54,57 ans [10 ,78], dont 58,82% de femme (n=20) et 32,35 %(n=11) présentaient un diagnostic de trouble bipolaire.
20,58%(n=7) étaient en activité, 29,41%(n=10) à la retraite et 50%(n=17) en arrêt de travail.
La durée moyenne de l’épisode était de 18,61 mois [17,66], 82,35%(n=28) bénéficiaient d’un traitement antidépresseur ou thymorégulateur à l’initiation des séances
L’échantillon selon la classification de Thase &Rush se répartissait comme suit : 20,58%(n=7) Stade 1, 44,11%(n=15) stade 2, 26,47%(n=9) stade 3.
Le délai moyen entre la cure d’attaque et la première cure de maintenance était de 65,47 [53,90]jours, le délai moyen entre deux cures de maintien de 44,53 [43,64]jours, le nombre moyen total de cures était de 4,94 [3,24], le nombre total de séances de maintien de 39,73 [29,90], la durée moyenne totale de suivi de 192,09 [158,25]jours soit 6,2 mois.
26,47%(n=9) des patients étaient en rémission, 41,18(n=14) ont été perdus de vue (ne se sont pas présenté lors des cures de maintien programmées), 20,59 %(n=7) bénéficient actuellement toujours de séances de maintien.
Conclusion : L’utilisation de la rTMS dans le traitement de maintien de la rémission nécessite la mise en place d’un protocole à la fois efficace dans la prévention des rechutes, pertinent sur le plan médico économique et compatible avec la reprise des activités des patients. La réalisation d’études contrôlées randomisées est nécessaire à l’établissement et la validation d’un tel protocole.

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in