Filtrer par

Catégorie

Introduction : Le Lieu d’Insertion par la Formation et le Travail (LIFT[1]) module de l’association stéphanoise Recherche et formation (65 salariés budget annuel 4M d’euros) promeut depuis 25 ans la réinsertion professionnelle en milieu ordinaire. Entre 2011 et 2015 il a reçu annuellement de 450 à 467 demandes, 25% des secteurs psychiatriques et 75% d’organismes sociaux. Les usagers (47% de niveau ≥ au baccalauréat) doivent être suivis médicalement et avoir un statut permettant leur prise en charge. Après instruction des dossiers éligibles (50%) un parcours de formation et de recherche d’emploi de 10 mois en moyenne avec suivi ultérieur est proposé (modèle «former puis placer»). Le taux, stable, de réinsertion (emploi ou formation) est de 25%. Près de 40% des usagers «trop loin de l’emploi» ou trouvant ce cursus peu dynamisant et concret abandonnent, d’où notre intérêt pour le modèle IPS, placement et soutien individuel («placer puis former» en milieu ordinaire, pas de formation préalable systématique, accompagnement de longue durée par un conseiller). Nous avons pris de nombreux contacts en 2014 avec des équipes francophones pratiquant ce modèle. But et méthode : vérifier l’applicabilité de l’IPS dans un contexte socioéconomique difficile grâce à un appel d’offre de l’Association de gestion du fond pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (AGEFiPH) de 65000 euros pour 22 places, en 2015. Après évaluation motivationnelle et définition du secteur d’activité souhaité, des usagers de notre file active étaient d’emblée inscrits dans des recherches d’emploi, encadrés par une équipe de soutien. Variable d’intérêt : taux d’emploi fin 2015 et  fin 2016.
Résultats : 23 inclusions : 19 hommes 4 femmes ; âge 37±10,8 ans, (23 à 56 ans) ; 83% de niveaux ≤ au premier cycle du collège ; durée des troubles 8±8,3 ans ; durée d’activité antérieure 9 ± 6,9 ans; durée d’inactivité 4±2,6 ans;80% de suivis psychiatriques en majorité pour des troubles psychotiques. Pas de différences significatives hommes/femmes. Après un accompagnement de 6 mois  en moyenne 50 % clients ont eu un emploi en fin d’expérimentation et 29% à un an. A noter l’indépendance statistique entre le réemploi et les variables sociodémographiques. 9 personnes sont encore en contact étroit avec l’équipe. 4 ont abandonné le dispositif, une a été orientée en ESAT.
Conclusion : Les résultats de cette première expérimentation sont intéressants. Le modèle IPS  semble applicable dans un environnement économique défavorable avec un taux élevé d’insertion pour une population de faible niveau scolaire, résultat à tempérer par l’évaluation à un an. Une seconde expérimentation est en cours  avec l’AGEFIPH (mise en place d’un tutorat). Un essai contrôlé ultérieur est souhaitable après cette étude de faisabilité.
1 : LIFT, 2 : CHU Saint-Etienne

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in