Filtrer par

Catégorie

Introduction et objectif :Le placement institutionnel des enfants abandonnés pourrait contribuer à la rupture des liens familiaux déjà affaiblis ce qui pourrait avoir un impact négatif sur les modalités d’attachement et la fonction de socialisation de l’enfant institutionnalisé, pouvant ainsi le rendre vulnérable à l’émergence de troubles psychopathologiques ultérieurs, en particulier les troubles du comportement. D’où l’intérêt de ce travail dont l’objectif est d’évaluer les troubles du comportement chez les enfants bénéficiant de placement institutionnel dans le village d’enfant SOS (Save Our Souls) Mahrès (Tunisie).
Patients et méthodes : Il s’agit d’une étude transversale prospective portant sur un groupe de 50 enfants abandonnés  et institutionnalisés au village d’enfants SOS  de Mahrès (groupe 1) (Age moyen = 9 ans et demi / Sex-ratio =1,38) et comparative avec un groupe de 100 enfants de la population générale constituant le groupe témoin (groupe 2) (Age moyen = 9 ans / Sex-ratio = 1,17). Les enfants du village SOS ont été sollicités chez eux en présence de leurs éducatrices référentes et ceci lors des visites répétées du pédopsychiatre sur leur milieu de vie (à l’institution). L’évaluation des troubles du comportement a été assurée par l’auto-passation de l’échelle CBCL.
Résultats :L’âge moyen d’intégration dans le village était de 2 mois et demi avec des extrêmes allant de la naissance à 11 mois. La plupart des enfants du village SOS (80 % des cas) ont été issus de grossesses illégitimes.
Comparativement aux enfants de la population normale (G 2), les enfants résidant au village SOS (G1) ont plus de résultats scolaires moyens et faibles (G1 : 26% des cas contre G2 : 13 % des cas).
En se référant au CBCL, 46% des enfants « institutionnalisés » au village SOS présentaient des troubles du comportement qui étaient plus fréquents chez les institutionnalisés âgés au-delà de 9 ans et demi avec prédominance chez les garçons. Les troubles du comportement externalisés ont été notés dans 44% des cas : comportement délinquant (16% des cas), retrait et isolement (14% des cas), troubles de la pensée et de l’attention (12% des cas) et comportement agressif (6% des cas) .Les troubles du comportement internalisés ont été notés chez 30% des cas. Il s’agit essentiellement d’anxiété-dépression (5% des cas) et de problèmes sociaux (7% des cas).
Conclusion : Les enfants du village SOS victimes  dans notre société d’un abandon parental précoce, sont plus vulnérables aux différents troubles psychopathologiques avec toutes les conséquences qui en résultent. D’où l‘intérêt du dépistage et de la prise en charge précoce afin d’éviter la structuration de ces  difficultés  vers un trouble psychiatrique avéré. Le développement des fonctions sociales, l’estime de soi et la responsabilité chez ces enfants va de pair avec le reste de la prise en charge.
 

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in