Filtrer par

Catégorie

Introduction : La remédiation cognitive est utilisée pour améliorer les capacités cognitives des patients atteints de troubles psychiatriques. Notre objectif était d’explorer si le discours des patients sur ce type de prise en charge variait selon la technique employée : CRT ou RECOS.

Méthode : Les lettres de bilan de fin de prise en charge écrite par 30 personnes ayant un trouble schizophrénique après 14 semaines de remédiation cognitive ont été analysées grâce aux logiciels IRaMuTeQ et R.

Résultats : Les analyses ont mis en évidence, pour la méthode CRT, une première classe mettant en avant comme idée principale 1.1) les stratégies de planification acquises au cours de la remédiation cognitive (classe 4 : 25%). Les trois classes suivantes mettent toutes en avant les bénéfices de la remédiation et le transfert dans la vie quotidienne notamment ceux produits par 1.2) le module mémoire (classe 5 : 20%) ou plus généralement 1.3) par la confiance acquise (classe 3 : 20%) ou enfin 1.4) l’aide à la structuration des tâches quotidiennes (classe 1 : 18,3%). La dernière classe pour CRT met en avant 1.5) le rôle fondamental et intense du travail avec le thérapeute (classe 2 : 16,7%). Pour la méthode RECOS, les analyses ont mis en évidence une première classe mettant en avant 2.1) l’importance du lien entre le programme informatisé et les taches à domicile papier-crayon (classe 5 : 27,2%). La seconde classe fait apparaitre 2.2) l’amélioration des performances cognitives et notamment de la mémoire au quotidien (classe 2 : 21,8%). Une troisième classe fait apparaitre 2.3) les progrès des patients, mais en les resituant par rapport à leurs projets et aux difficultés restantes (classe 4 : 19,3%). Enfin les deux dernières classes pour les patients ayant suivi le programme RECOS renvoient davantage à la description des exercices impliquant les 2.4) processus et stratégie de catégorisation et des capacités visuospatiales (classe 2 : 15,9%) ou 2.5) de mémoire dont plus spécifiquement la mémoire de travail (classe 1 : 15,6%).

Conclusion : Les données vont dans le sens des précédentes études quantitatives montrant en une efficacité similaire des techniques de remédiation RECOS et CRT. Ainsi, les analyses lexicométriques des lettres des patients mettent en évidence pour les deux techniques l’effet perçu comme positif des séances de remédiation sur l’amélioration de leurs déficits et notamment par le travail sur la mémoire d’une part, mais également du transfert dans la vie quotidienne d’autre part. De manière plus spécifique, les patients soulignent davantage l’importance des taches à domiciles dans la potentialisation des effets du programme pour RECOS, mais aussi situer leurs progrès dans une trajectoire qui prend en compte les difficultés restantes. Le programme CRT de son côté semble davantage rendre compte dans les discours patients de l’importance du développement de l’acquisition de méthodes et stratégies dans un travail très intense et proche du thérapeute.

 

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in