Filtrer par

Catégorie

Au-delà de la polémique récurrente entre une « prédiction aliénante » et une « prévention prometteuse », nous souhaitons défendre la complémentarité entre prédiction et prévention. La prédiction justifie la prévention.
La crainte de la stigmatisation et d’une induction par effet « Rosenthal » pose certes un problème éthique important, mais fait trop souvent obstacle à l’accès aux soins.
On ne peut prévenir que ce dont on a de bonnes raisons de craindre la survenue.
Il nous revient en effet d’appliquer, dans une pratique centrée sur la personne singulière, les conclusions d’études de groupe : comment exploiter dans une pratique intersubjective les données issues de la recherche alors que, portant sur des dimensions étrangères à la clinique, elles sont destinées à être pertinentes au plan statistique ?
La question ethique centrale nous confronte alors à l’idée que, bien au-delà du dépistage, il s’agirait  de « soigner ce qui n’est pas encore advenu », quand une prédiction probabiliste permet de le redouter pour un individu particulier .
Identifier le risque et accompagner le jeune permet de faire face à une potentiellement dangereuse banalisation de signes , sans pour autant rendre pathologique un processus de développement normal.
Cette perspective permet également d’associer la famille à ce processus préventif/thérapeutique. Là encore,  ce n’est pas la stigmatisation qui est à craindre, mais le sentiment d’abandon si fréquemment exprimé par les parents face au flou des réponses qu’ils rencontrent.
Leur participation à l’accompagnement éclairé de leur enfant se traduit le plus souvent par la mise en place  d’attitudes « prévenantes » efficaces, tant au niveau de la famille elle-même que de l’école ou d’activités sociales, par exemple.
Une approche globale de santé publique en santé mentale devrait donc intégrer : détection, prédiction, prévention et intervention.
Nous approfondirons l’exemple de la détection précoce de la psychose, paradigme entre la clinique et la neuro-imagerie fonctionnelle pour illustrer notre propos.
 
 
 

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in