Filtrer par

Catégorie

Introduction
Les enfants agressifs présentent des biais d’attribution d’intentions dans les situations de provocation où l’intention du protagoniste qui cause le dommage est ambigüe (Dodge et Frame, 1982 ; Dodge et al., 2015). Selon le modèle du traitement de l’information sociale (Crick et Dodge, 1994), l’attribution d’intentions serait influencée par les modèles internes opérants (MIO), qui sont les modèles de relations construits à partir des expériences d’attachement. Dans cette étude, nous avons testé les liens entre les MIO, l’attribution d’intentions et le comportement social chez des enfants âgés de 4 à 6 ans présentant un comportement agressif s’inscrivant dans un trouble des conduites.
Méthode
Vingt et un sujets, 5 filles et 16 garçons, âgés de 4 à 6 ans (M = 5 ans 3mois, ET= 0.77), remplissant les critères diagnostiques de la CIM-10 (OMS, 1992) pour les troubles des conduites, ont participé à cette étude. Les MIO ont été mesurés à l’aide de l’Attachment Story Completion Task (ASCT: Bretherton et al., 1990) et le comportement social avec les pairs à l’aide de l’hétéro-questionnaire Teacher Assessment of Social Behavior (TASB : Cassidy et Asher, 1992). L’attribution d’intentions a été évaluée dans des situations de provocation qui étaient soit intentionnelles, soit non intentionnelles, soit d’intention ambigüe, à l’aide d’une nouvelle tâche expérimentale.
Résultats
Les résultats ont montré des liens entre les MIO et l’attribution d’intentions (AI) : plus les MIO des enfants étaient désorganisés et plus ils présentaient des biais d’AI hostiles dans les situations ambigües (r = .53, p < .05) et des erreurs d’AI dans les situations non intentionnelles (r = .52, p < .05). Les résultats ont également mis en évidence des liens entre les MIO et le comportement social : plus les MIO des sujets étaient désorganisés, plus leur comportement était agressif (r = .78, p < .01) et perturbateur (r = .48 ; p < .05) et moins il était prosocial (r = -.51, p < .05). Et, plus les MIO des sujets reflétaient une désactivation des stratégies d’attachement, plus ils présentaient un comportement timide (r = .51 ; p < .05) et moins ils présentaient un comportement perturbateur (r = -.47 ; p < .05). Enfin, les résultats ont objectivé des liens entre l’AI et le comportement social : plus les sujets présentaient des biais d’AI hostiles dans les situations ambigües, plus leur comportement était agressif (r = .59, p < .01) et perturbateur (r = .49, p < .05).
Conclusion
Ces résultats vont dans le sens du modèle du traitement de l’information sociale de Crick et Dodge (1994) car ils mettent en évidence des liens, que nous supposons tridirectionnels, entre les MIO d’attachement, l’attribution d’intentions et le comportement social. Chacune de ces variables constitue un axe de prise en charge possible pour faire évoluer l’agressivité présentée par les enfants présentant des troubles des conduites.

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in