Filtrer par

Catégorie

Introduction: Il est admis que les comportements alimentaires humains s'inscrivent dans l’histoire individuelle de chacun dès sa conception et sont empreints de marques sensorielles, affectives et environnementales qui évoluent au cours de la vie notamment durant l’enfance et l’adolescence et peuvent perturber ces comportements. 
Dans ce cadre, nous avons choisi d’évaluer dans ce travail les facteurs environnementaux chez les enfants et adolescents souffrant de troubles alimentaires (TA).
Méthode : Notre étude était rétrospective, réalisée sur les dossiers d’enfants et d’adolescents ayant consulté au service de pédopsychiatrie au CHU Hédi Chaker de Sfax (Tunisie) durant une période de 5 ans (janvier 2011- décembre 2015).
Résultats : Dans notre étude, les TA étaient  objectivés chez 114 nouveaux consultants parmi 4003, correspondant à une prévalence de 2.8% en population clinique.
Plus que la moitié des patients appartenaient à un milieu urbain.
Au moment de la première consultation, 81.5% des patients (soit 93 patients parmi 114) étaient scolarisés dont 33% avaient des résultats scolaires médiocres (moyenne <10/20).
Plus que la moitié des patients avaient un niveau socio-économique bas.
Dans plus que les deux tiers  des cas (67.5%), il existe un facteur déclenchant des troubles à type de décès d’un proche (18%), de conflit familial (14%),  ou d’agression (13%).  
Pour la relation de patients avec l’entourage, elle était perturbée avec la mère dans 44%,  avec le père dans 40 % des cas, avec la fratrie dans  40% des cas et avec les pairs dans uniquement 29.8% des cas.
Conclusion : Notre étude a démontré que chez l’enfant et l’adolescent, manger ne se limite pas au seul fait de s’alimenter. C’est un acte complexe qui répond à plusieurs fonctions telles que l’échange avec l’adulte, la qualité de la relation avec l’entourage et notamment l’existence de facteurs de stress psychosocial. 

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in