Filtrer par

Catégorie

Introduction
Les études qui ont évalué l’attachement chez des enfants présentant une déficience intellectuelle sans trouble du spectre autistique ont principalement évalué les stratégies d’attachement à l’aide du paradigme de la situation étrange (Ainsworth et al., 1978). Deux études, réalisées chez des jeunes enfants porteurs du syndrome de la trisomie 21, ont montré que ces enfants présentaient souvent des stratégies d’attachement désorganisées ou atypiques (Vaughn et al., 1994 ; Atkinson et al., 1999), ce qui les distinguait des enfants aux développement typique. Dans cette étude, nous avons évalué l’attachement au niveau des représentations, chez des enfants présentant une déficience intellectuelle, sans trouble du spectre autistique associé, afin de déterminer si ces représentations sont également caractérisées par des particularités.
Méthode
Vingt-quatre enfants, 9 filles et 15 garçons, scolarisés dans des instituts médico-éducatifs et âgés en moyenne de 10 ans 6 mois (ET=1,2), ont participé à cette étude. Ils remplissaient les critères du DSM-5 (APA, 2013) pour le handicap intellectuel car ils présentaient un quotient intellectuel déficitaire (M=51,3, ET=8,8) et des déficits au niveau du développement socio-adaptatif. Les sujets ne présentaient pas de troubles du spectre autistique. Le niveau intellectuel a été mesuré à l’aide de quatre épreuves de la WISC-4 (Wechsler, 2005) permettant de calculer un QI selon la formule abrégée de Grégoire (2009). Le niveau socioadaptatif a été évalué à l’aide de l’échelle Vineland-II (Sparrow et al., 2015). Les représentations d’attachement ont été évaluées à l’aide de l’Attachment Story Completion Task(Bretherton et al., 1990).
Résultats
Les résultats ont montré que 29,2% des sujets présentaient des représentations d’attachement sécures, 41,7% des représentations désorganisées, 16,7% des représentations évocatrices d’une désactivation des stratégies d’attachement et 12,5% des représentations évocatrices d’une hyperactivation des stratégies d’attachement. Les résultats ont également révélé que les scores de la dimension désorganisation des représentations d’attachement étaient significativement plus élevés que les scores de la dimension sécurité (t = 2.19 ; p < .05) et que les scores de la dimension désactivation des stratégies d’attachement (t = 2.36 ; p < .05).
Conclusions : La dimension désorganisation était la plus caractéristique des représentations d’attachement de ces sujets. Cette particularité interroge sur la capacité de certains de ces enfants, qui présentent une déficience intellectuelle, à élaborer des représentations d’attachement. En effet, on peut se demander si la désorganisation reflète une désorganisation de la représentation d’attachement ou si elle reflète un attachement désorganisé.

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in