Filtrer par

Catégorie

Introduction
Selon le modèle du traitement de l’information sociale de Crick et Dodge (1994), la qualité de l’attachement influencerait l’interprétation des situations sociales et notamment l’attribution d’intentions. Ce modèle nous a conduit à tester le lien entre les représentations d’attachement et l’attribution d’intentions dans des situations de provocation où l’intention du personnage provocateur est ambigüe chez des enfants d’âge scolaire.
Méthode
Quarante-six enfants, dont 22 garçons et 24 filles, âgés en moyenne de 9 ans (ET = 0,87 ; [8 ans – 11 ans]), recrutés dans une école primaire du département de l’Isère ont participé à cette étude. Le niveau intellectuel des sujets a été contrôlé afin qu’il se situe dans la norme. Les représentations d’attachement ont été évaluées à l’aide de l’Attachment Story Completion Task (Bretherton et al., 1990) et le codage dimensionnel de Miljkovitch et al. (2003) a été utilisé pour la cotation des narratifs. L’attribution d’intentions a été testée à l’aide d’une tâche expérimentale développée pour l’étude. Celle-ci était composée de trois types de planches : des planches dans lesquelles l’acte de provocation est intentionnel, des planches dans lesquelles l’acte de provocation est non intentionnel et des planches où l’intention du provocateur est ambigüe.
Résultats
Les résultats ont mis en évidence un lien entre les représentations d’attachement, au niveau de la dimension sécure, et l’attribution d’intentions : plus les représentations d’attachement étaient sécures et moins les enfants attribuaient des intentions hostiles à leurs pairs dans les situations deprovocationambiguës (r = -0,30 ; p<0,05), c’est-à-dire plus ils présentaient des biais d’attribution non hostiles. Les dimensions hyperactivation, désactivation et désorganisation des stratégies d’attachement n’étaient en revanche pas liées au score d’attribution d’intentions hostiles.
Conclusions
Les résultats vont dans le sens du modèle de Crick et Dodge (1994) puisqu’ils montrent l’existence d’un lien entre les représentations d’attachement et l’attribution d’intentions. Ce lien pourrait s’exprimer de manière bi-directionnelle : les représentations d’attachement, construites à partir des expériences antérieures, pourraient influencer l’attribution d’intentions dans les nouvelles situations sociales et les expériences d’attribution d’intentions pourraient en retour influencer les représentations d’attachement. En effet, si un sujet projette des intentions positives à partir de ses expériences d’attachement antérieures, mais qu’il expérimente à plusieurs reprises le rejet et l’hostilité de la part de ses pairs, ces expériences pourraient l’amener à construire un modèle d’attachement aux pairs insécure. Ces résultats soulignent l’importance de l’attachement dans le développement socio-cognitif des enfants d’âge scolaire.

Commentaires de la présentation

Soyez le premier à commenter cette présentation

Back to main page in